La rue Joseph Moulin

En face du café de la gare, aujourd'hui rasé, et entre la salle des fêtes « les Enfants de Craponne » et le musée de la Blanchisserie existe la maison ou vécut Joseph Moulin qui a donné son nom à une rue partant de l'avenue Pierre Dumont et arrivant au stade Neveu, autrefois appelée Chemin de l'Hippodrome.

C'est pourquoi, en 1959, Mlle Frainier, conseillère municipale, a proposé ce nom à cette rue.
Joseph Moulin est né à Craponne en 1887 dans la maison décrite ci-dessus. Dès sa sortie de l'école privée de M. Thélène, il travaille chez son père blanchisseur.
En 1912, il épouse Jeanne Charvolin, repasseuse.

Le 3 août 1914, il est rappelé sous les drapeaux, puis fait prisonnier le 15 décembre de la même année et interné au camp de Rastatt.

Rapatrié en septembre 1918, il reprend la blanchisserie paternelle jusqu'en 1924, date à laquelle il arrête le métier pour raison de santé et devient employé de la société d'assurance « L'Aigle » jusqu'à sa retraite.

En mai 1945, il est élu conseiller municipal, 2ème adjoint en 1946, puis 1er adjoint en 1950 à la mort de Mme Andrée Marie Perrin. De 1950 à 1959, date de son décès, il remplira ses fonctions de 1er adjoint avec zèle. Il connaissait tout le monde et savait rendre service à tous.

Joseph Moulin était un passionné des courses hippiques de Craponne dont il sera sociétaire dès 1924. Il a fait, en 1955, un historique de la Commune pour M. Roiret et appréciait les promenades en voiture avec sa Citroën « Trèfle ».

Pour en savoir plus, lire « Des Craponnois dignes de mémoire » p. 59 à 66.