Population

Retour sur la cérémonie commémorative du 11 novembre 1918

Cette année, en raison du contexte sanitaire, la cérémonie commémorative du 11 novembre 1918 s'est tenue à huis clos. Retrouvez le discours de Madame Sandrine CHADIER, Maire de Craponne

Publié le

COMMEMORATION DU 11 NOVEMBRE 1918
DISCOURS DE MADAME LE MAIRE
SANDRINE CHADIER

Le 11 Novembre est chaque année, le jour du souvenir. Nous avons un devoir de mémoire pour tous ceux qui ont subi la première guerre mondiale : les soldats, les hommes et les femmes de tous les pays qui ont participé d’un côté comme de l’autre.

Cette journée est celle de l’hommage au courage et aux sacrifices de tous. Nous sommes tous, de génération en génération, les descendants de ces hommes et de ces femmes qui ont combattu, au péril de leur vie, pour sauver notre pays. Il s’agit aujourd’hui pour nous d’être les garants de ce patrimoine qu’ils ont su nous transmettre et nous devons nous rappeler combien les libertés sont précieuses et combien nous devons être vigilants pour les préserver.

Malheureusement, chaque jour, nous constatons que les valeurs de notre démocratie sont fragiles et subissent des attaques permanentes. Comment ne pas être glacé d’effroi par les actes terribles qui ont été commis récemment par des terroristes à l’encontre de Samuel PATY et à la Basilique de Nice.

Ce devoir de mémoire passe par nos enfants et par les liens qui se créent avec nos Aînés. Aussi, en ce jour de commémoration, je suis particulièrement fière et honorée d’avoir à mes côtés Adèle, notre jeune et toute fraichement élue, Maire des enfants qui symbolise la nouvelle génération ; Monsieur PASTRE, Président de la FNACA ainsi que nos fidèles porte-drapeaux qui représentent toutes celles et ceux qui se sont battus pour notre liberté, toutes les libertés.

Plus que jamais, inlassablement, il est essentiel d’éduquer, promouvoir le savoir, la culture, le partage, la paix. Nous devons transmettre à notre jeunesse les valeurs intangibles de la République.

Julien Benda, écrivain français, a écrit dans La trahison des clercs que : « La paix, si jamais elle existe, ne reposera pas sur la crainte de la guerre mais sur l’amour de la paix »

En ce jour particulier de mémoire, j’appelle tous les Craponnois à diffuser un message de paix et de fraternité.